La commune

La commune de Saint-Martin-l’Ars appartient au canton de Civray et fait partie de la Communauté de communes Vienne et Gartempe. Elle s’étend sur 4 176 hectares et comporte 398 habitants (dernier recensement 2012).

la-commune
Située à 45 km au sud de Poitiers, sur la D741 (axe Poitiers-Confolens), Saint-Martin-l’Ars offre un cadre de vie agréable avec de nombreuses activités ainsi qu’un patrimoine architectural riche et varié, un plan d’eau et une plage, des dolmens, l’église romane Saint-Martin du XIème siècle, l’Abbaye Notre-Dame de La Réau du XIIème siècle, son château du XVème et XVIIIème siècles et l’ancien poste de garde de la seconde guerre mondiale.

Le nom
La commune doit son nom à Saint-Martin, apôtre des Gaules, évangélisateur du Poitou au IVème siècle. Le suffixe « L’Ars » aurait pour origine le souvenir de l’incendie d’un camp romain qui aurait « ardé » le village.

 

Le plan d’eau

plan-d-eau
Situé dans le bourg, le vaste plan d’eau et l’aire de loisirs du Pont Creusé a été créé en 1990, s’étendant sur 6 hectares. Lieu de baignade*, de pêche et de jeux pour enfants. Sur place, l’aire de pique nique et le restaurant qui surplombe le lac ravissent les promeneurs.
* la baignade est surveillée en juillet et août, les après-midi du mardi au dimanche

 

L’église Saint-Martin

eglise-st-martin
L’église romane du XIème siècle, est dotée d’un sanctuaire à chevet plat, éclairé par trois baies en plein cintre. Le chœur et la travée situés sous le clocher sont voûtés en berceau brisé. Un lourd plafond de béton en arc segmentaire a été réalisé dans la première moitié du XXème siècle. Une cloche datant de 1729 est classée monument historique et un vitrail représente l’apparition du Christ à Saint-Martin. De grandes arcades en plein cintre rythment l’ordonnance des murs latéraux de la nef, illustrant l’influence des édifices médiévaux d’Aquitaine. Au XVème siècle, une chapelle gothique couverte d’une croisée d’ogives est rajoutée au nord-est de l’édifice.

 

Le château

le-chateauEdifice du XVème siècle, la famille Lambertye s’installe au château en 1660 et l’aménage en privilégiant sa fonction résidentielle au détriment de l’aspect défensif. Des douves en eau se déversent dans le Clain. Entre les tours rondes et l’eau des douves, l’aménagement d’un terrain dégagé témoigne de l’évolution des tactiques militaires.

 

L’abbaye de la Réau

reau
La fondation royale de l’abbaye de chanoines de Saint-Augustin est attribuée par la tradition à l’un des maris d’Aliénor d’Aquitaine, Louis VII ou Henri II Plantagenêt. Le XIIIème siècle fût une ère prospère au monastère ; mais la guerre de cent ans, les guerres de religion et la révolution n’ont pas permis à l’abbatiale de résister ; alors que deux ailes du bâtiment monastique du XVIIIème siècle ont été consolidées et habitées. A la révolution, l’abbaye fut vendue comme bien national et transformée en demeure privée. Elle est ouverte au public entre 1 avril et 11 novembre – voir son site web www.abbayedelareau.com pour plus de détails.

 

Les dolmens

dolmen
Les dolmens situés au lieu-dit « Les bars-Villaigue » sont inscrits comme monuments historiques depuis 1980. À l’origine, ces dolmens étaient recouverts de pierres et de terre pour former une butte artificielle appelée tumulus. Une entrée permettait d’y accéder pour y placer les morts. Érodée par le temps et la pluie, la butte s’est dégradée et seules les plus grosses pierres sont restées. Les deux dolmens subsistent aujourd’hui dans les bosquets, au milieu des champs. En effet, avec le développement de l’agriculture intensive, et à partir de 1955, avec le remembrement, nombre de ces dolmens ont été démantelés. Ils restent cependant un témoignage rare d’une époque révolue.

 

Le poste de garde

poste-de-gardeEntre juin 1940 et mars 1943, la France est divisée en 2 zones par la ligne de démarcation. Neuf communes dont celles de Mauprévoir et Saint-Martin-l’Ars sont coupées en 2 avec la mairie en zone libre.
A Saint-Martin-l’Ars, le poste de garde des douaniers français subsiste en l’état avec le petit guichet et le tuyau du poêle.